Accelérateur d'innovations

Manager et accélérer les projets d'innovation

L’impact des politiques publiques

Impact des politiques publiques, pourquoi l’évaluer?

L’évaluation de l’impact des politiques publiques permet aux responsables politiques et aux citoyens de rendre compte sur la façon dont une politique a été menée et sur les résultats obtenus. Evaluer l’impact des politiques publiques nécessite d’associer les parties prenantes, de définir des objectifs clairs et de clarifier la méthode utilisée.  Elle permet de produire de la connaissance, des analyses et de faire des recommandations.

Si elle permet de rationaliser la prise de décision publique, elle devrait inciter à adapter une action politique ou a réorienter une stratégie publique.

Impératif budgétaire, mais pas seulement

En effet, les domaines d’intervention de l’action publique sont variés. On peut citer la politique du logement social, la politique de santé, l’éducation, …  la politique environnementale, pour ne citer que celles-là. Les politiques publiques sont mises en oeuvre, sur fonds publics issus de la collecte des impôts. Les contribuables sont de plus en plus soucieux de savoir si les objectifs annoncés sont atteints.

Au-delà de cet impératif de gestion des deniers publics, il s’agit d’appliquer les outils éprouvés pour apprécier l’efficacité des politiques et surtout de mesurer le ratio résultats sur objectifs au regard des moyens mis en oeuvre.

C’est pourquoi nous proposons, dans la panoplie des services aux collectivités et aux institutions publiques, notre savoir-faire dans l’évaluation de l’impact des politiques publiques. Cette pratique de l’évaluation d’impact se met peu à peu en place; l’accès à des données confidentielles est de plus en plus facilité ainsi que la disponibilité d’outils d’analyse statistique de plus en plus performants.

Evaluer l’impact des politiques publiques?

Il s’agit de savoir si la politique mise en oeuvre répond aux objectifs fixés et de mesurer l’impact sur les bénéficiaires. Quelques biais doivent être levés, à savoir les effets de sélection de l’échantillon des bénéficiaires, les effets de contexte, la définition du niveau de référence et la notion de « contrefactuelle ». C’est la situation observée en l’absence du dispositif, qui est virtuelle.

Estimer le « contrefactuel »

Nous pourrons être amenés à effectuer des expérimentations aléatoires , en amont de la mise en oeuvre, sur une échelle réduite, sélectionnée au hasard.

Souvent les politiques publiques ne se permettent pas cette expérimentation (exemples du dédoublement des classes, réussite éducative,…) pour des raisons de coût, d’acceptabilité du tirage au sort ou de temps. Dans ce cas, on choisira de comparer ce qui est comparable , sur des quasi expériences (bénéficiaires/non bénéficiaires, des presque identiques selon des caractéristiques observables, des évolutions avant/après pour les bénéficiaires).

Comment faisons-nous une évaluation d’impact?

Quatre étapes clés composent l’évaluation d’impact. Ce sont :

  1. Expliciter les objectifs et définir les indicateurs quantitatifs.
  2. Définir la méthode empirique.
  3. Recueillir des données fiables.
  4. Exploiter, interpréter et valider  les résultats.

impact des politiques publiques

En quoi nous pouvons vous aider?

Systématiser la mesure d’impact qui doit produire des résultats rigoureux, compréhensibles par les décideurs et l’opinion publique.

Veiller à l’impartialité du commanditaire (élus, direction générale, collectivités,..) et garantir l’indépendance des évaluateurs.

« Une politique publique qui fait la preuve de son efficacité voit sa légitimité renforcée. Mais réaliser une telle démonstration suppose de disposer de méthodes d’évaluation objectives et transparentes. » Céline Mareuge.

Exemple de sujet d’évaluation d’impact

Une collectivité investit YYY k€ annuels dans un réseau de navettes gratuites. Elle vise ainsi quatre objectifs:

  1. Désenclaver les quartiers non irrigués par les lignes régulières de transport en commun.
  2. Répondre aux besoins de déplacements des personnes âgées ou à faible revenu.
  3. Réduire l’usage de la voiture individuelle.
  4. Accroître de 10% le nombre de passagers transportés d’une année sur l’autre.

La première étape de cette évaluation sera de définir des indicateurs quantitatifs (exemples : les quartiers enclavés du territoire, définir les besoins de déplacement, taux d’utilisation de la voiture individuelle, nombre de passagers transportés).

Quelle méthode choisir pour évaluer ces indicateurs quantitatifs?

Ensuite, recueillir les données fiables (interviews de résidents des quartiers enclavés, données de pointage des passagers, …).

Interpréter les résultats et se poser la question de savoir si les objectifs sont atteints.

Enfin, diffuser les résultats pour propager les bonnes pratiques et tirer les enseignements de cette action de transport public qui peuvent être mis en oeuvre sur des territoires comparables.

Pour nous contacter

M. Olivier SEGBO   [su_button url= »http://www.kryptsys.com/contact »]Pour me contacter[/su_button]

 

Leave a Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.